• Teinture végétale

    Teinture végétale

     

    Bouillons de sorcière et autres expériences

     

    Quelque temps déjà, que je découvre les plantes tinctoriales et leurs possibilités, dans des aventures sans cesses renouvelées.

    Ce blog n'a pas prétention de poser des connaissances, mais plutôt de proposer des échanges avec d'autres apprenties teinturières.

    Extraire les couleurs des plantes pour teindre les textiles reste une activité aléatoire, mais d'échecs en réussites me voici à venir vers les autres pour un partage que j'espère passionnant.

  •  

     

    Petite aventure en bleu majeur !!!

     

    Cela fait maintenant plusieurs années que je fais des essais de teintures, et à force, j'ai accumulé des écheveaux teints de toutes épaisseurs et de diverses nuances... et en ce qui concerne les bleus, j'en ai un joli échantillonnage!

     

    J'avais l'idée d'en faire quelque chose que je puisse porter, pour passer du temps avec ces laines si chèrement travaillées.

    Mais en faisant mes essais sur des restes de pelotes, sur des bobines récupérées, je n'avais pas assez de matière dans aucun des domaines. Alors j'ai eu envie d'essayer un truc improbable: tricoter avec les grosses laines et les petites, les bleues claires et les bleues foncées, le tout dans un joyeux mélange pour un gilet sans manches décontracté.

     

    Dans le même ouvrage tricoté d'un seul jet pour ce qui est du tour, sous les emmanchures, sur une aiguille circulaire, j'ai utilisé plusieurs grosseurs de laine... partant d'un principe selon lequel les plus grosses seraient tricotées avec des aiguilles en 6, et les plus fines, en doublant les mailles, seraient tricotées avec des aiguilles du 3.

    Pour repasser au 6, tricoter deux mailles ensemble sur le 1er rang, etc......

     

    Petite aventure en bleu majeur !!!

     

    J'ai joué avec les nuances de mes différentes teintures, avec les effets des laines ...

    Et ça a donné un ouvrage bohème, qui me parle de mes plants de pastels au jardin, du trac à chaque fois quand je fais une extraction du pigment, du plaisir toujours renouvelé quand la mousse devient bleue à la surface de la cuve.

     

    Petite aventure en bleu majeur !!!

    Petite aventure en bleu majeur !!!

    Petite aventure en bleu majeur !!!

    Petite aventure en bleu majeur !!!

     

    L'automne sera douillet cette année !!

    glasses

     

    Petite aventure en bleu majeur !!!

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Fabriquer des 'cocagnes', ou coques de pastel, était le moyen trouvé par les hommes d'autrefois pour conserver la pulpe des feuilles de pastel, et la commercialiser dans toute l'Europe.

    Sitôt la récolte des feuilles dans les champs, les feuilles étaient vite acheminées vers les moulins pastelliers, afin d'y être broyées sous la meule, entraînée généralement par traction animale pour une douce régularité.

    Nous, petits redécouvreurs de ces techniques oubliées, n'avons ni grosse récolte, ni moulin dans le quartier pour la broyer.

    J'ai longtemps hésité sur la méthode à employer pour tenter de fabriquer quelques coques, afin d'expérimenter un jour la teinture au pastel à partir de ces boules de 'cocagne'. Après recherches, et apport d'idées venues d'autres teinturières passionnées (broyage sous une pierre le long d'une planche inclinée, passage au moulin à légumes, etc...), j'ai finalement décidé d'essayer dans mon hachoir à viande. Isatis tinctoria étant possiblement comestible, il n'y a donc pas avec cette plante, de risque avec nos ustensiles alimentaires.

    Première étape préalable, comme lorsque je prépare une extraction de pigment, j'ai haché menu ma récolte de feuilles destinées à être broyées au moulin.

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    Et puis j'ai fait passer tout ces petits morceaux dans mon vieux hachoir, vénérable, efficace, et ne refusant jamais tout ce que je lui donne à manger !

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    Sa collaboration a été très utile, et je me suis retrouvée avec une jolie purée de feuilles, que j'ai ensuite formée en boules en serrant entre mes deux mains pour extraire le maximum de jus.

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    J'ai à nouveau serré pour les presser encore, ceci plusieurs fois sur la journée, et je les ai laissées au soleil pour qu'elles commencent à sécher. Ensuite, je les ai rentrées à l'intérieur, et les les ai surveillées jour après jour, les retournant pour bien vérifier qu'elles ne fermentaient pas. Comme il faisait humide dehors, j'ai préféré les laisser dans un petit panier, au-dessus d'un radiateur. Et elles ont durci peu à peu tout en devenant de plus en plus légères, et en gardant une bonne odeur comme du foin. Les voici maintenant dures comme du bois, prêtes à attendre qu'un jour je les utilise pour teindre!

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    On m'a donné une brève recette pour les utiliser, en les broyant et en les mettant dans de l'urine, comme au bon vieux temps..... Pour l'instant, elles vont attendre! D'abord, il leur faudrait sans doute quelques grandes soeurs pour mettre en oeuvre de la teinture avec une dose intéressante, et puis les vieilles recettes à l'urine m'intriguent encore un peu trop.

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Vapeurs d'indigotine !

     

    En voilà le froid revenu, et avec lui, le besoin de se tenir au chaud... et de reprendre les expérimentations.

    Au fil des bains de teinture, que ce soit avec de l'indigo ou du pastel, j'ai accumulé toute sorte de laines, dans plein de nuances de bleus, plus ou moins clairs, plus ou moins denses. Mes doigts ont donc repris le chemin du tissage instinctif.

     

    Vapeurs d'indigotine !

    Vapeurs d'indigotine !

     

    Toujours le même concept, d'un tableau tendu entre quatre branches de bois flotté, sur lequel je joue avec les textures, les nuances, en gardant régulièrement une touche de laine naturelle non teintée, histoire de redonner la base.

    Dans cette petite promenade légère aux vapeurs d'indigotine, se sont nichées aussi quelques zones en fibre de ramie, teintée au pastel elle-aussi, qui apporte une brillance différente.

     

    Vapeurs d'indigotine !

     

    Tous ces bleus sont pour moi comme des amis, chargés de l'histoire des plantes ramassées au bord des routes.

    Ils arrivent dans ma vie au gré des cuves de teinture, comme autant de miracles qui se renouvellent saison après saison.

    Je crois qu'il y aura d'autres tableaux bleus en tapisserie spontanée, cette couleur me chante à l'âme !

     

    Vapeurs d'indigotine !

     

     


    1 commentaire
  •  

    Il y a cette année une très belle exposition autour de la couleur pourpre au Muséal d'Alba-la-Romaine en Ardèche.

    On y rencontre des objets, teintés, peints, en violet et pourpre, et pas mal d'explications historiques ou techniques autour de ces couleurs, de leur place dans les sociétés antiques.

    Petite promenade au pays des violets !

    Petite promenade au pays des violets !

     

    Dans une partie de l'exposition consacrée plus spécialement aux vêtements et textiles teints en violet, j'ai croisé des étoffes présentées comme teintes avec 2 bains, de cochenille et de pastel....

     

    Petite promenade au pays des violets !

     

    Rien de mieux pour me donner envie de m'y essayer à mon tour!

     

    J'ai préparé trois écheveaux pour ces premiers essais, que j'ai d'abord teints à la cochenille

    (1er bain, le plus foncé, 2e bain, 3e bain...)

     

    Petite promenade au pays des violets !

    Petite promenade au pays des violets !

    Petite promenade au pays des violets !

     

    Plus tard, j'ai préparé une cuve de pastel, toujours avec des feuilles fraîches cueillies sur les talus où pousse l'isatis tinctoria à l'état sauvage .

     

    Petite promenade au pays des violets !

    Petite promenade au pays des violets !

     

    J'ai commencé par plonger l'écheveau le plus foncé dans la cuve de bleu, et je l'y ai remué pour essayer d'avoir une couleur uniforme... Lorsque je l'ai ressorti et qu'il s'est oxydé, j'avais un magnifique violet pourpre, j'étais ravie!

     

    Petite promenade au pays des violets !

     

    Comme je voulais tenter d'obtenir des violets plus bleutés, ou "lilas", j'ai laissé moins longtemps les écheveaux les plus clairs... Les teintes sont en effet très différentes, mais j'ai dû mal les remuer, il y a des irrégularités dans la teinte.

    Je suis cependant assez contente de ces premiers essais!

    Dès que j'ai le temps, je recommence !!! money

     


    3 commentaires
  •  

     

    C'est la saison de l'Isatis Tinctoria en fleurs... l'occasion ou jamais de repérer son habitat afin de pouvoir revenir tout au long de l'année récolter ses jolies feuilles bien charnues pour en tirer ce bleu si doux que j'apprends peu à peu à apprivoiser. Quand on lit les fiches botaniques de certains sites, il paraîtrait qu'il pousse dans les zones fraîches, ou encore dans des terrains plutôt calcaires... Il ne doit pas être si difficile que ça parce-que j'en trouve dans notre nord-Ardèche au sol anciennement volcanique, (point de calcaire par chez nous), et il fleurit joyeusement sur les bords de chemins très secs et ensoleillés, voire sur des murailles empierrées avec presque pas de terre...

     

    Le nez fureteur... à la poursuite du bleu !

    Le nez fureteur... à la poursuite du bleu !

     

    Repérer son biotope, savoir que dans les prochains mois il va s'y ressemer en abondance...

    Un petit frisson intérieur à l'idée de pouvoir tout au long de l'année préparer de belles cuves pour jouer avec les bleus!

     

    Le nez fureteur... à la poursuite du bleu !

     

    glasses glasses glasses

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique