•  

    Sur les animations médiévales, nous autres tisserandes, nous réalisons des mètres et des mètres de galons tout en expliquant la technique au public, en essayant de ne pas nous tromper dans les rotations!!!

    Et semaines après semaines, nous emmagasinons des bandes tissées dont nous ne savons pas toujours que faire!

     

    C'était le cas entre autre, de cette bande là, tissée lors d'une présentation dans une animation improbable en 2017 au coeur de l'espace commercial d'Alpexpo, où nous présentions un 'village médiéval', entre les SPAS, les 4x4, etc........

     

    Petit challenge pour utiliser un galon

     

    J'avais monté le métier avec du coton perlé de deux tons de bleus et du blanc, et choisi de tisser sans motif défini, au gré de mes envies, une bande pleine de variations. (Ce qui permettait plus de souplesse dans la mise en oeuvre.)

    Je me suis retrouvée ensuite avec plus de 3 mètres de ce galon qui n'avait rien d'historique, et qui, posé à côté d'un pantalon en jean's m'a donné l'idée de l'utiliser de manière plus moderne, avec du tissu jean's.

    Et pour compléter le challenge, j'ai choisi de n'utiliser que du jea's de récupération, les arrières de pantalons usés par les enfants, les dos des blousons, etc , etc... Il a fallu faire le tri dans tous ces vêtements usagés pour essayer de trouver des tissus d'une tonalité de bleu assez semblable. J'ai cependant réparti les tissus différents, en les mettant au moins en effet miroir entre le côté gauche et le droit de la veste réalisée. Ensuite restait à placer ce galon sur le projet de veste, pour optimiser son utilisation, tout en restant dans un projet cohérent -et portable! -

    Petit challenge pour utiliser un galon

     

    Avec les fils restant sur le métier après décrochage du galon tissé, j'ai brodé un motif dans le dos de la veste, ceci pour unifier avec le devant qui était orné du galon.

     

    Petit challenge pour utiliser un galon

    Petit challenge pour utiliser un galon

    Petit challenge pour utiliser un galon

     

    Voilà donc un petit défi relevé!

    Un vêtement solide et pratique qui va sans doute m'accompagner ce printemps.

    Et une manière d'intégrer dans mon quotidien cette méthode de tissage venue du fond des temps.

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Fabriquer des 'cocagnes', ou coques de pastel, était le moyen trouvé par les hommes d'autrefois pour conserver la pulpe des feuilles de pastel, et la commercialiser dans toute l'Europe.

    Sitôt la récolte des feuilles dans les champs, les feuilles étaient vite acheminées vers les moulins pastelliers, afin d'y être broyées sous la meule, entraînée généralement par traction animale pour une douce régularité.

    Nous, petits redécouvreurs de ces techniques oubliées, n'avons ni grosse récolte, ni moulin dans le quartier pour la broyer.

    J'ai longtemps hésité sur la méthode à employer pour tenter de fabriquer quelques coques, afin d'expérimenter un jour la teinture au pastel à partir de ces boules de 'cocagne'. Après recherches, et apport d'idées venues d'autres teinturières passionnées (broyage sous une pierre le long d'une planche inclinée, passage au moulin à légumes, etc...), j'ai finalement décidé d'essayer dans mon hachoir à viande. Isatis tinctoria étant possiblement comestible, il n'y a donc pas avec cette plante, de risque avec nos ustensiles alimentaires.

    Première étape préalable, comme lorsque je prépare une extraction de pigment, j'ai haché menu ma récolte de feuilles destinées à être broyées au moulin.

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    Et puis j'ai fait passer tout ces petits morceaux dans mon vieux hachoir, vénérable, efficace, et ne refusant jamais tout ce que je lui donne à manger !

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    Sa collaboration a été très utile, et je me suis retrouvée avec une jolie purée de feuilles, que j'ai ensuite formée en boules en serrant entre mes deux mains pour extraire le maximum de jus.

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    J'ai à nouveau serré pour les presser encore, ceci plusieurs fois sur la journée, et je les ai laissées au soleil pour qu'elles commencent à sécher. Ensuite, je les ai rentrées à l'intérieur, et les les ai surveillées jour après jour, les retournant pour bien vérifier qu'elles ne fermentaient pas. Comme il faisait humide dehors, j'ai préféré les laisser dans un petit panier, au-dessus d'un radiateur. Et elles ont durci peu à peu tout en devenant de plus en plus légères, et en gardant une bonne odeur comme du foin. Les voici maintenant dures comme du bois, prêtes à attendre qu'un jour je les utilise pour teindre!

     

    Redécouvrir les cocagnes.

     

    On m'a donné une brève recette pour les utiliser, en les broyant et en les mettant dans de l'urine, comme au bon vieux temps..... Pour l'instant, elles vont attendre! D'abord, il leur faudrait sans doute quelques grandes soeurs pour mettre en oeuvre de la teinture avec une dose intéressante, et puis les vieilles recettes à l'urine m'intriguent encore un peu trop.

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Un petit galon en fils de soie

     

    C'était un essai... et il fut concluant :)

    J'ai utilisé des fils de soie, autrefois vendus sur de petites bobines en papier enroulé,

    ils étaient destinés à broder les boutonnières.

    C'est dommage, on ne les trouve plus à la vente, mais ce type de fil de soie très fin et bien torsadé

    s'est très bien comporté dans la technique du tissage aux plaquettes.

     

    Voici donc le petit bout que j'ai réussi à tisser avec mes restes de bobines, il a trouvé sa place

    sur les poignets d'une cotte, en soie elle aussi.

     

    Un petit galon en fils de soie

     

    Un petit galon en fils de soie

     


    votre commentaire
  •  

     

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

     

    Le dimanche 25 février, l'Historial de la Vendée proposait au public de découvrir différentes techniques liées à l'évolution des costumes au fil des époques... c'est ainsi que je suis venue présenter les techniques de tissage de galons, avec métier au peigne et aux plaquettes, retraçant leur histoire depuis l'âge du fer (Halstatt) jusqu'au Moyen-âge.

     

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

     

    Dans le hall de l'Historial, j'ai installé un espace de démonstration sur les deux métiers, comprenant aussi diverses présentations : iconographie, exemples de motifs, etc... et un deuxième espace tenu par mon compagnon, avec deux autres métiers permettant au public de tous âges d'expérimenter le travail au peigne ou aux plaquettes. Parmi les presque 300 visiteurs de la journée, de nombreux adultes et enfants se sont pris au jeu, et les échanges ont été à la fois très pédagogiques et conviviaux!

     

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

     

    Dans le grand hall de l'Historial, avaient également pris place des membres de la Maisnie de Tylarden, avec une présentation du costume du 14e siècle et explication autour des teintures végétales... ainsi que Bruno Lesteven, maître-artisan tisserand, venu présenter un métier à tisser à bras datant du 19e siècle... Il y avait aussi une présentation de machine à broder programmée par informatique, pour illustrer les techniques du futur.

     

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    La Maisnie de Tylarden

     

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Bruno Lesteven, Atelier Aux fils de l'Arz

     

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

    Présentation du tissage aux galons à l'Historial de Vendée le 25 février 2018

     

    *******************

     


    votre commentaire
  •  

     

    Vapeurs d'indigotine !

     

    En voilà le froid revenu, et avec lui, le besoin de se tenir au chaud... et de reprendre les expérimentations.

    Au fil des bains de teinture, que ce soit avec de l'indigo ou du pastel, j'ai accumulé toute sorte de laines, dans plein de nuances de bleus, plus ou moins clairs, plus ou moins denses. Mes doigts ont donc repris le chemin du tissage instinctif.

     

    Vapeurs d'indigotine !

    Vapeurs d'indigotine !

     

    Toujours le même concept, d'un tableau tendu entre quatre branches de bois flotté, sur lequel je joue avec les textures, les nuances, en gardant régulièrement une touche de laine naturelle non teintée, histoire de redonner la base.

    Dans cette petite promenade légère aux vapeurs d'indigotine, se sont nichées aussi quelques zones en fibre de ramie, teintée au pastel elle-aussi, qui apporte une brillance différente.

     

    Vapeurs d'indigotine !

     

    Tous ces bleus sont pour moi comme des amis, chargés de l'histoire des plantes ramassées au bord des routes.

    Ils arrivent dans ma vie au gré des cuves de teinture, comme autant de miracles qui se renouvellent saison après saison.

    Je crois qu'il y aura d'autres tableaux bleus en tapisserie spontanée, cette couleur me chante à l'âme !

     

    Vapeurs d'indigotine !

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires